Lisez aussi

Lisez aussi les magazines Flipboard sur les start-ups:
Pitch-up, qui se focalise sur l'argent et le business;
Tech-up, qui surveille les avancées technologiques et innovations de services utiisées;
Crowd-start, qui se focalise sur le crowd-funding et ses stratégies.

jeudi 8 avril 2010

isoHunt passe à la casserole

  Rappelez vous, il y quelques mois c'était le site Mininova qui nous quittait. Le site a été fermé parce qu'il hébergeait des torrent permettant de télécharger des films, musiques et autres contenus protégés par des droits d'auteur. Mininova accueuillait plus de 50 millions de visiteurs par mois. Le site existe toujours mais n'héberge plus que des torrents complétement légaux.

Quelques mois auparavant, c'était le colosse The Pirate Bay qui se retrouvait en procès pour les mêmes raisons que Mininova. Le procès, très médiatisé, s'est terminé le mois dernier: les 4 accusés, créateurs de Pirate Bay, ont écopé d'un an de prison ferme et de 2.7 millions d'euros d'amende pour violations de droits et autres infractions.

Aujourd'hui c'est au tour d'isoHunt de passer la casserole. Le site a été menacé de fermeture il y a quelques semaines par  la MPAA (Motion picture association of America, association des droits de l'industrie cinématographique américaine), isoHunt a alors immédiatement répliqué: tous les torrents hebergés sur le site ont été retiré pour être remplacé par isoHunt Lite un moteur de recherche, permettant aux internautes de chercher les torrents qu'ils veulent facilement sur le web. 


  La MPAA a alors proposé à la justice américaine de faire filtrer les résultats affichés par isoHunt pour éviter au moteur de trouver des torrents illégaux. La réaction d'isoHunt a alors été pour le moins originale, puisque ce dernier s'est exilé à Hong Kong, en peoposant sur sa page d'acceuil par une page isoHunt Lite hebergé sur un serveur .hk. Le but de toute la manoeuvre est ici d'imiter le géant Google, qui s'est retiré de la Chine à Hong kong il y a quelques semaines, après avoir vu certaines de ses recherches censurées par l'état chinois. Il semblerait que le message que veulent faire  parvenir les dirigeants d'isoHunt est le même: les gens peuvent rechercher ce qu'ils veulent sur internet, sans aucun risque de censure.


Il reste à suivre l'affaire, qui débute à peine, pour savoir si les juges américains sont d'accord avec les dirigeants d'isoHunt. Signalons quand même que lors de la suppression des liens illégaux de Mininova, le trafic du site s'est effondré mais les échanges mondiaux de torrent ne l'ont même pas remarqué eux.